RSS
RSS



 

 :: Personnages :: Clan du Crépuscule Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Oh you can't hear my cry, see my dreams all die [...] It's so quiet here and I feel so cold. This house no longer feels like home. »

avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 20/10/2017
Apprenti du Crépuscule
Voir le profil de l'utilisateur




Nuage Nostalgique
Apprenti du Crépuscule
Sam 21 Oct - 17:54



Petite Nostalgie


astucieux ; acharné ; appliqué

irresponsable ; renfermé ; égoïste


Nom: Petite Nostalgie
Surnom: Nosta'
Sexe: Mâle
Âge: Une lune
Clan: Crépuscule
Rang: Chaton
Origines: Sang Pur
Signe particulier: Sourd (et muet du coup)


Nostalgia from moment safe in time



Goûts: Qu'est-ce Petite Nostalgie aime ? Est-ce seulement possible de le découvrir dans ce comportement placide, froid, dans ce regard indifférent ? On peut penser qu'il aime observer, parce qu'il reste là, il pose son regard sur tout ce qui est là. Il ne semble pas attirer par les jeux des chatons et donne le sentiment de préférer l'aventure quand il sort du camp.  
Orientation sexuelle: Inconnue.
Autres: /

 

Famille et entourage:
Chute de Neige - père
Colibri Mélancolique - mère
Petite Neige - soeur

PHYSIQUE & PSYCHÉ - I still haven't change at all




Personne ne connaîtra vraiment ce petit. Personne ne l’approchera sans doute vraiment. Et personne n’aura la chance de prétendre savoir ce à quoi il pense, ce qu’il ressent, ce qu’il croit.
Petite Nostalgie sera indifférent, ne montrera pas le moindre sentiment sur son visage de glace. Il semblera toujours impossible à atteindre, comme si rien n’allait réellement se loger dans son cœur, dans son âme. Il sera aussi solitaire, cette tendance à toujours aller là où personne n’est, comme si la compagnie lui faisait peur. Personne ne saura jamais. Irresponsable. C’est un terme qui s’appliquera vraiment à Petite Nostalgie qui ne comprendra pas les règles qui régissent le monde et aura toujours tendance à n’en faire qu’à sa tête, sortir s’il le désire, fuir s’il en a envie et il semblera aussi parfaitement égoïste. Il n’aura pas tendance à montrer qu’il pense aux autres – sans doute ne le fera-t-il pas. Et dans son regard ne brillera pas de lueur, celle qui aurait dû exister ne sera pas. Pas de joie. Un regard totalement froid et dénué de véritables sentiments, semblable à des abîmes, à du vide qui refuse de partir. Pourtant, il doit bien aimer, quelque part dans tout ça, ce chaton doit bien être capable de ressentir un peu d’amour. On le remarque surtout à la relation qu’il entretient avec sa sœur. Ils sont proches, tous les deux.

Petite Nostalgie pourrait aussi paraître comme imprévisible puisqu’il peut changer de direction sans prévenir, se lever, esquisser un geste qu’on aurait pas attendu dans une telle situation. Alors on pourrait parfaitement le décrire comme étant imprévisible, oui, ce mot s’appliquerait à lui. On pourra aussi l’imaginer astucieux puisqu’il comprendra le monde au travers des images qui lui sont montrés – il n’a que la vue et l’odorat pour s’aider après tout. Il apprendra à comprendre les mots en faisant des liens avec ce qu’il voit et sent. Il apprendra. Il sera aussi possible de le décrire comme étant appliqué puisqu’il donnera toujours le sentiment de prendre son temps pour faire les choses. Mais il est difficile de savoir qui est réellement Petite Nostalgie, ce qui se passe dans sa tête. Il le sera toujours, ça ne changera pas lorsqu’il grandira, lui qui semble ne rien ressentir, qui semble n’être qu’un masque de verre, de pierre. Mais il ne peut pas être une pierre, pas vrai ? Son cœur doit bien s’ouvrir parfois.

Quoi qu’il en soit, il sera évidemment silencieux, de par sa surdité. Il ne dira rien. Toujours dans son coin, asocial, impossible à comprendre ou à réellement approcher sans que son regard ne fige. Plus tard, il aura tendance à mépriser les règles, à mépriser les autres, toujours paraître au-dessus de tout ce qui se passe autour de lui. Et tout ne sera toujours qu’impression avec Petite Nostalgie. On pourra aussi dire qu’il se montre acharné, à toujours tenter encore et encore de faire ce qu’il ne sera pas capable de réussir du premier coup. Petite Nostalgie paraîtra distant aussi.
Au final, on pourra dire beaucoup de choses de Petite Nostalgie sans qu’on ne puisse savoir si ce qu’on dit est véridique ou ne l’est pas.  
La neige est une image parfaite pour représenter le pelage de ce petit chaton. En effet, il pourrait se dissimuler entièrement dans un paysage enneigé s’il fermait les yeux puisque son pelage est totalement blanc, d’une blancheur éclatante sans la moindre impureté. Un pelage qui n’a pas la moindre petite tâche ou rayure d’une autre couleur. On pourrait chercher pendant des lunes sans trouver. Le seul moment où ce blanc ne sera pas d’une pureté sans limite, ce sera lorsqu’il sera sale et alors, il ne suffira que de le nettoyer pour rétablir l’uniformité de la couleur.
Au niveau de sa taille, il ne sera pas le plus grand bien au contraire. Il sera en général un peu plus petit que les autres, que la moyenne. Mais ça ne l’handicapera nullement. Aussi, son odorat et sa vue se montreront bien plus développés que ne le seraient ceux de ses pairs. Sa vue sera plus aiguisée et il verra les détails les plus infimes beaucoup plus rapidement. Son odorat, lui, sera capable de discerner les odeurs les plus légères et fera de lui un excellent pisteur.

Et pour finir, ses yeux. Ses yeux seront toujours de la couleur du ciel avec quelques petites variantes selon l’éclairage, parfois plus clair, parfois plus sombre. Un regard profond, mais un regard qui ne laissera que de la froideur dégager de lui.  

Ce que j'ai vécu, de ma naissance à cet instant.


La pluie tombait. Doucement, lentement, légère, elle tombait, recouvrant le monde et faisant en sorte que les chats restaient terrés dans leur tanière. Elle n’était pas très aimée, après tout, cette très chère pluie. Mais ce n’était pas comme si ça venait la déranger, puisqu’elle continuait de tomber, de vivre comme elle l’entendait. Puis, elle se montrait essentielle à la survie des plantes et des petites proies, ainsi que des félins eux-mêmes. Ils avaient besoin d’elle pour être hydratés après tout. Alors ils n’avaient pas le choix d’endurer le fait qu’elle vienne sporadiquement, parfois brusquement et parfois si doucement, comme cette soirée-là. Deux guerriers se trouvaient dehors des gîtes, parlant, discutant, riant. Ils s’aimaient. Tout le monde le savait. Nul ne pouvait le nier. Pourtant, c’était une histoire si passionnée qu’elle se montrait destructrice. Mais personne ne pouvait changer ça. Certains avaient déjà essayés... oui, bien sûr, mais au bout du compte, les félins perdent patience. Ils arrêtent et abandonnent. On ne peut pas leur reprocher, si ?

Elle se tenait droite, immobile. Il venait de partir en lui criant dessus qu’il se fichait d’elle. Elle n’avait pas eu la force de réagir. Elle n’avait pas eu la force de lui dire que ce n’était pas grave, qu’elle comprenait, elle était restée figée sur place. Elle comprenait. Elle se fichait d’elle, elle aussi, mais il n’y avait pas pensé. Il allait revenir.  Il le fallait parce qu’elle avait besoin de son amour. Il avait dit qu’il ne voulait pas des chatons, qu’il n’allait pas assumer son rôle de père. Il avait dit qu’il n’en avait rien à faire et qu’il la détestait parce qu’elle n’avait pas le droit d’être enceinte. Il avait dit. Il avait dit tellement de mots qui étaient venus détruire l’esprit de la féline et elle pleurait. Chaque larme coulait et tombait sur le sol, provenant des méandres de son cœur. Elle se sentait si mal, si désolée et elle se serait confondue en excuses si elle avait été près de lui, mais il était parti en dehors du camp pour respirer, pour penser sûrement et il allait revenir. Pourtant, elle savait. Elle savait qu’elle n’avait pas à s’excuser, que rien n’était de sa faute, que c’était lui qui parfois explosait sans la moindre raison et qu’il s’en voulait sûrement plus que quiconque pourrait le faire à son égard. Alors elle, elle lui pardonnait. Elle refusait de le faire sentir encore plus coupable alors qu’elle savait parfaitement comment il se sentait tout au fond de lui.

Elle refusait d’être quelqu’un qui l’enfonçait encore plus parce qu’elle savait très bien ce que ça faisait. Son frère l’avait toujours mise plus bas que terre en lui reprochant tout ce qu’elle passait sa journée à se reprocher, lui reprochant de ne pas se défendre suffisamment, lui reprochant d’être beaucoup trop appliquée dans son rôle de guerrière en oubliant de prendre soin de sa famille, lui reprochant tellement de petits détails qu’elle se reprochait déjà. Ça avait suffit à le rendre plus bas que terre et elle ne voulait plus qu’on le lui reproche quoi que ce soit. Soupir. Elle se souvenait des beaux jours, ceux où elle avait l’impression que le soleil était encore là. Elle se souvenait des beaux jours, quand son frère et elle étaient les plus soudés du monde et où il aurait toujours tout fait pour la soutenir, pour la voir heureuse, la faire sourire. Comment les choses avaient-elles pu dégénérer à ce point ? Elle se le demandait sérieusement, une larme coulant sur sa joue, mouillant son pelage. Elle espérait que tout allait se replacer, mais son espoir commençait doucement à s’effriter puisque ça faisait plusieurs lunes qu’elle espérait, beaucoup trop de lunes.

[…]
Deux boules de poils. Deux petites boules de poils étaient nées de l’union de cette féline et de ce guerrier. Deux petites boules de poils pour deux parents. Chute de Neige, le père, était là à la naissance, s’étant excusé tellement de fois auprès de la mère, Colibri Mélancolique, alors qu’elle ne lui en avait jamais voulu. Il était là parce qu’il avait envie de jouer son rôle de père, de rendre fort les petits, ou les petites. Il se fichait que ce soit un mâle ou une femelle, il voulait pouvoir être un père, leur apprendre à se battre, à chasser. Il voulait. Deux petites boules de poils adorables. Toutes les deux possédaient un pelage entièrement blanc. Aucune n’avait les yeux ouverts et ils s’y attendaient. Ils n’entendront pas non plus avant au moins deux jours et c’était logique. Ils s’y attendaient, les parents. Chute de Neige donna un coup de langue sur le dessus de la tête de la nouvelle mère pour laquelle c’était la première portée, pour lui donner du courage et de la force parce qu’elle en avait cruellement de besoin, de la force, en ce moment.

Au bout du quatrième jour, les deux petits avaient ouverts les yeux. Ceux-ci étaient d’une couleur bleu clair et intense, profonde, qui donnait envie de s’y perdre dedans. C’était la couleur de tous les chatons. Il ne restait qu’à savoir si ce bleu allait rester ou allait devenir une autre couleur, peut-être vert ou ambre. Il ne restait qu’à savoir s’ils allaient avoir les yeux de leurs parents, soit vert et ambre, l’un pour la mère, l’autre pour le père, ou s’ils allaient retenir de leurs grand-mères qui avaient toutes deux les yeux bleus. Ils verraient. Ils n’étaient pas pressés. Les chatons avaient tout leur temps pour grandir. L’un des chatons était une femelle, l’autre était un mâle. La femelle prit le nom de Petite Neige et le mâle, lui, se nomma Petite Nostalgie. Petite Neige parce que ce nom était présent dans la famille du père depuis plusieurs générations et que ça lui tenait à cœur. Petite Nostalgie parce que la mère, en le voyant, pensait à son frère et aux beaux jours et qu’elle était si nostalgique de ce moment-là.

Au bout de la première semaine, Petite Neige était vive, énergique, toujours prête à poser des questions et marquait un franc contraste avec son frère qui restait souvent dans son coin, observant les choses, observant la vie. Il n’avait toujours rien dit et réagissait très rarement lorsqu’on lui parlait. Petite Neige restait souvent avec lui malgré tout parce qu’elle était inquiète pour son frère. Après tout, elle l’aimait bien, c’était son frère et elle ne comprenait pas pourquoi il ne parlait pas.

Au bout d'une lune, ce petit ne réagissait toujours pas. Personne ne pouvait le comprendre, personne ne pouvait le savoir, et l'inquiétude était logée dans le coeur de sa soeur et de sa mère. Son père, lui, se montrait plus irrité. Il semblait penser que son fils faisait exprès pour les énerver, pour les faire chier.


Un petit peu de moi.



Code du règlement: [Codes validés par Sably!]
 

PUF Luny et seulement Luny.
Je suis... un fantôme vivant au Québec.
Comment avez-vous connu le forum ? Par Danse. (Éclipse de Pluie)
Quelque chose à ajouter? /

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 247
Date d'inscription : 16/06/2017
Apprenti du Soleil
Voir le profil de l'utilisateur




Nuage Silencieux
Apprenti du Soleil
Sam 21 Oct - 18:15
Ouiiiiii Luny re bienvenue parmi nous !

Hâte de pouvoir rp entre lui et Salamandre et quand il sera plus grand avec Silence ! :D

Coeur

•••••••••••••••

Merci ma Sablou d'amûûûûûûr  Coeur

Signature Petit Silence:
 

Chanson de Petit Silence:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 901
Date d'inscription : 07/04/2017
Chef du Soleil
Voir le profil de l'utilisateur




Aurore des Flammes
Chef du Soleil
Sam 21 Oct - 19:08
Re bienvenue Luny ! Tout est bon je te valide tu peux aller te recenser !

•••••••••••••••



The Ancient Magus Bride Coeur
On me dit que je suis fait de flammes. Mais mes flammes ne sont qu'a l'aurore de leur puissance.

Merci ma Feufeu d'amour Coeur
Aurore des Flammes vous enflamme d'un regard en #990000
Protective mother:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 01/09/2017
Guerrier de la Lune
Voir le profil de l'utilisateur




Coeur d'Onyx
Guerrier de la Lune
Sam 21 Oct - 19:09
Re bienvenue Lys ! :3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 20/10/2017
Apprenti du Crépuscule
Voir le profil de l'utilisateur




Nuage Nostalgique
Apprenti du Crépuscule
Sam 21 Oct - 19:16
Merciii Coeur
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LGDC : The Sky Clans :: Personnages :: Clan du Crépuscule-
Sauter vers: